Reportage chez les TST (Travaux Sous Tension)


Le métier de monteur TST n'est pas dangereux, il est difficile. A EDF-GDF, il n'existe pas de métier dangereux ; nous ne sommes ni des soldats, ni des pilotes d'essai. La prise de risque n'est pas dans notre culture ; c'est le professionnalisme de chacun qui assure la sécurité de tous. Elle est garantie par :



L'équipe devant les perches isolées 20 000 Volts où seront fixés les outils
Une équipe de « pros », soudée, où la bonne humeur n'est jamais absente.
L'entente et le respect des rôles est la garantie de la sécurité de chacun.

De gauche à droite :
Emmanuel, le chargé de travaux
Frédéric, le 1° monteur TST
Bruno, l'aide au sol
Gérard, le 2° monteur TST



Aide au sol, le terme est impropre. Car si Bruno prépare l'outillage pour ses copains, c'est également un réalisateur à part entière. Il confectionne les pièces (bretelles, ponts gainés, .) qui seront installés sous tension par les monteurs TST. Les rôles sont fixés à l'avance pour chaque chantier et peuvent changer d'un chantier à l'autre.

Pour rester, avec l'équipe, sous les ordres du chargé de travaux, comme mes 4 collègues, j'ai respecté la première règle de sécurité : le port de chaussures isolées. J'ai donc enfilé les rangers TST (4 pointures trop grandes) qu'Emmanuel m'a prêtées. J'ai donc eu les orteils bien à l'aise mais au frais pendant toute la durée du chantier.





La partie abîmée vue en l'air et au sol. Il était urgent d'intervenir pour que le fil ne mette pas le 20 000 Volts au sol en se décrochant. Le fil visible à coté est en bon état.
Ce chantier 20kV a permis de remplacer l'ancrage des fils et le morceau de conducteur qui ont été détériorés par la chute d'un arbre lors de la tempête de fin décembre 1999, sans couper l'alimentation électrique des hameaux Tremolet, Garde Paradis, Le Vernet et Petite Féline de USSON.
L'exécution de toutes les phases de travail a permis de voir les 3 méthodes utilisées en TST :
  • Le travail à distance
  • Le travail au contact
  • Le travail au potentiel




La dépose du pont de réparation posé le 28/12/02.
En médaillon, le raccordement synchrone des extrémités du shunt isolé.

Le travail à distance


Après la mesure des longueurs, il faut mettre en place le shunt isolé qui détournera de la zone de travail le transit de l'énergie et ainsi permettre la dépose de la partie abîmée.
Toute la difficulté est de raccorder au même moment les 2 extrémités sur le bon fil avec les perches isolées de 3m. La musculature des bras et des épaules et sollicitée par les 14 kg de l'ensemble.
L'habileté du monteur lui permet de glisser ses outils entre les fils et poteaux en toute sécurité.





Après avoir vérifié (médaillon) les distances de sécurité avec sa jauge, la dépose du tire fort à main et du vieil ancrage peut être faite.

Le travail au contact


C'est la méthode à utiliser chaque fois que les distances entre poteaux, isolateurs et fils sont trop courtes. C'est le cas pour remplacer l'ancrage.
Protégé par leurs gants isolants jusqu'aux épaules, les 2 monteurs peuvent prendre à pleines mains les conducteurs haute tension.
L'opération est difficile, il faut surveiller que rien ne vienne toucher la nacelle et les 5mm de néoprène TST rendent les gants très raides.


Au sol, équipé des gant TST, j'ai pu me rendre compte de la difficulté à tenir une simple pince pour enfiler une goupille dans son trou.




Après avoir vérifié (médaillon) les distances de sécurité avec sa jauge et raccordé la nacelle au conducteur haute tension, le sertissage du manchon de jonction peut être fait.

Le travail au potentiel


Tel un oiseau posé sur le fil, les 2 monteurs sont au même potentiel électrique que le conducteur, mais ils ne sont traversés par aucun courant. Ils peuvent ainsi travailler en apparence comme s'ils étaient hors tension. Ils doivent surveiller en permanence qu'ils ne toucheront rien d'autre que leur nacelle isolée et le conducteur où ils travaillent.




La matinée est bientôt finie, l'équipe va se rendre sur son 2° chantier de la journée. Je les quitte après avoir rendu les chaussures isolées.

Les équipes TST sont un maillon fondamental de la qualité de la fourniture d'électricité. Les travaux sont réalisés sans perturber les usagers. Le temps moyen de coupure pour travaux est encore inférieur à la moyenne nationale dans la LOIRE. Les chantiers sont de moins en moins nombreux et les contremaîtres TST sont obligés de quémander des affaires auprès des responsables d'Agence d'Exploitation. Ce n'est pas qu'il n'y ait plus rien à faire, au contraire ; mais les budgets « peau de chagrin » font que les chefs d'AE préfèrent employer leurs monteurs (NON-TST) et donc ainsi, vous couper le courrant ou pire encore, garder les lignes en mauvais état, voire dangereuses.
Ainsi, la remise en état a été faite à gauche du support. Mais à droite du même poteau et toujours depuis fin décembre 1999, la ligne est dans un état guère plus enviable. Si les conducteurs ne risquent pas à court terme de tomber au sol, ils sont abîmés sur une trentaine de points, ils ont été réparés par 14 manchons sur 250m. Et plus grave, 2 ferrures d'accrochage des isolateurs sont tordues. Cela rapproche dangereusement les conducteurs des poteaux.

Il ne fera pas bon, promeneur, chasseur ou fondeur, passer dans les bois au voisinage de cette ligne surtout par temps de vent.

LA VOLONTE DES DIRECTIONS EST DE LAISSER LES TST A L' ABANDON ; alors qu'il y a 20 ans les TST étaient la vitrine de l'entreprise.






NON à l'OUVERTURE du CAPITAL des établissements publics de l'énergie , aidez-nous à revenir à une gestion soucieuse du bien public pour EDF-GDF.


Retour page précédente